Militantisme

NOTRE LIGNE MILITANTE

Avant de diversifier ses missions à toute une gamme d’activités et de devenir un Centre LGBT à part entière, Équinoxe s’est constituée à l’origine comme un groupe d’activistes adepte des actions coup de poing très visibles, au contact du grand public nancéien. Cet état d’esprit a donné sa coloration militante à l’association, qui a conservé sa combativité et son goût pour une certaine provocation.

Parfois considérée comme (trop) rude dans ses communiqués, ses slogans et ses actions, Équinoxe a pour unique objectif de faire progresser les revendications et la visibilité des personnes LGBT, quitte à déplaire aux pouvoirs conservateurs, à celles et ceux qui les soutiennent, et aux adeptes d’un certain «consensus mou».

INDÉPENDANCE DES PARTIS POLITIQUES

Équinoxe Nancy est indépendante des partis politiques et de leurs élu-e-s, afin de conserver une totale liberté éditoriale. Dès 2008, l’association s’est fixée comme règle de promouvoir toute prise de position favorable à l’amélioration de la condition des personnes LGBT, et de dénoncer sans ménagement tout positionnement hostile.
Cette ligne permet, par exemple, de s’indigner avec la même vigueur des renoncements coupables du gouvernement socialiste sur la PMA et le non-respect des droits des personnes transgenres, que de la collaboration de la majorité UDI-LR de la Ville de Nancy depuis avril 2014 avec des responsables régionaux de La Manif pour Tous et de ses dérivés (L’Avenir pous Tous, Sens Commun, etc.)

La fermeté sur les dossiers LGBT peut s’avérer risquée pour des associations à but non lucratif, intégralement composées de bénévoles, et par conséquent tributaires des financements publics (et donc politiques). Mais selon nous, l’indépendance ne réside pas dans l’absence de subventions publiques dans notre budget. Elle réside plutôt dans la liberté de dénoncer toute institution ou collectivité qui irait à l’encontre de l’égalité et de la dignité des personnes LGBT, quitte à perdre ces financements (NB : Équinoxe ne reçoit plus de subventions de fonctionnement de la Ville de Nancy, en guise de représailles politiques, depuis qu’elle a dénoncé l’entrisme de la Manif pour Tous dans le conseil municipal). De justes droits ne se mendient pas, ils se conquièrent avec fermeté.

L’action d’Équinoxe est par nature politique, puisqu’elle intervient dans le champ du débat public, au contact des élu-e-s, des partis et des personnalités publiques, sur des sujets qui divisent l’opinion (conception de la famille, libre disposition du corps, sexualité, etc.). Mais la neutralité face aux appareils permet également à chaque membre de participer aux actions militantes, indépendamment de ses convictions partisanes individuelles, dans la limite d’une lutte contre les autres formes de discriminations (xénophobie, racisme, antisémitisme, etc.)

DIFFÉRENTS MODES D’ACTION

Marche des Fiertés LGBT de Nancy

Les associations du Centre LGBT de Lorraine-Sud, avec Équinoxe à leur tête, organisent chaque année la Marche des Fiertés de Nancy, qui se déroule fin mai – début juin.

Cette manifestation, qui est le principal événement LGBT de la ville et du sud lorrain, se veut à la fois festive et militante. Grâce au focus médiatique placé sur le défilé, elle est l’occasion de mettre en avant les principales revendications et les slogans associés vers les élu-e-s et le grand public, mais aussi vers les 1500 à 2000 participant-e-s annuel-le-s, dont la plupart ne fréquentent pas les milieux associatifs.

La Marche des Fiertés est aussi un acte militant fort par sa seule visibilité dans l’espace public. Elle reste un moment essentiel d’affirmation de soi, dans toute la diversité des individus et dans la convivialité, pour de très nombreuses personnes condamnées au silence, au secret et à la honte d’elles-mêmes dans les cercles familiaux et professionnels, par crainte de l’homophobie et de la transphobie.

Parfois dénoncée par les LGBTphobes (et par certains LGBT puritains) comme «un carnaval» sans intérêt militant, la Marche des Fiertés rassemble toute la diversité des personnes LGBT : des militant-e-s, des fêtard-e-s, des introverti-e-s et des excentriques, des individus de tous horizons qui revendiquent fièrement leurs droits à la visibilité et à la citoyenneté.

Happenings dans l’espace public

Pour atteindre le plus large public possible avec les thématiques et les revendications qui nous animent, il est souvent nécessaire d’aller l’interpeller directement sur le terrain, au moyen d’actions visuelles percutantes et d’outils de communication adaptés.

Ce mode d’action nous permet d’embrasser toutes les thématiques militantes : prévention du VIH et des infections sexuellement transmissibles, sensibilisation aux crimes homophobes/transphobes, lutte contre les préjugés «anodins» qui légitiment les LGBTphobies, etc.

 
 Communiqués de presse • Déclarations • Lettres ouvertes

Équinoxe Nancy réagit également à l’actualité par voie écrite, le plus souvent par communiqués de presse. Leur fréquence est variable selon la densité des événements LGBT. Leur principale fonction est d’attirer l’attention des médias sur les actions initiées par le Centre LGBT, sur des prises de positions anti-égalité des droits, ou au contraire sur des victoires notables face aux homophobes et aux transphobes.
Plus rarement, Équinoxe s’exprime par une déclaration, en général pour expliquer plus en détails une de ses prises de position ; l’association interpelle parfois directement certain-e-s élu-e-s ou personnalités par voie de lettre ouverte.

(Voir notre rubrique spécifique : Presse)

Actions judiciaires

Équinoxe vise à combattre systématiquement, par les voies légales et juridiques qui lui sont offertes, toute manifestation discriminatoire voire haineuse à l’encontre des lesbiennes, des gays, des bisexuel-le-s et des transgenres.

L’association dépose systématiquement plainte, aidée de ses avocats, lorsqu’elle en a la capacité, et incite chaque victime d’agression ou de discrimination à faire valoir ses droits de la même façon.

Des condamnations judiciaires, mêmes symboliques, de tous les actes haineux, sont les meilleures armes de lutte contre les LGBTphobies. D’une part, elles préviennent généralement la récidive des «petites» contraventions ; d’autre part, elles permettent aux victimes de sortir de la (trop fréquente) position de culpabilité suite à une agression, et de les aider le cas échéant à se reconstruire.