Deux membres d’Équinoxe menacés d’expulsion !

Nancy, le 5 avril 2021 – Équinoxe alerte sur le risque d’expulsion de Kledjan et Emiliana, couple de personnes bisexuelles en situation de demande d’asile. 

Le jeune couple de ressortissants albanais a dû fuir les persécutions LGBTIphobes de leur famille au pays. Ils sont venus en France pour trouver refuge. Équinoxe les a accueillis pour la première fois il y a deux ans. Malgré la distance physique puis la crise sanitaire, ils se sont déplacés lors de nos grandes manifestations. Nous les avons reçus, à plusieurs reprises, lors de nos permanences. Avec le temps, nous avons appris à nous connaître et à nous reconnaître.

Le CADA des Vosges leur a apporté un soutien humain et matériel. C’est dans ce département que nos deux amis ont pu trouver un logement. Ils sont conseillés par Maître Yanis Zoubedi-Defert, avocat au barreau d’Épinal et associé au cabinet Gartner et Associés.

Des obstacles au droit à l’asile

Ce n’est pas la première fois qu’Équinoxe accueille des personnes ayant fui l’Albanie. Nous savons ce pays globalement hostile aux personnes LGBTI (malgré une législation plus progressiste depuis quelques années). Notre expérience nous a poussé à douter du traitement que leur réserverait la France. D’abord, en raison du stigmate qui frappe les personnes albanaises en France. Ensuite, en raison des persécutions spécifiques liées à la bisexualité.

Nos craintes étaient fondées. Ainsi, la CNDA a refusé de leur accorder l’asile par une ordonnance du 7 mai 2019. Elle ne leur a même pas accordé le droit de se présenter physiquement pour être entendus.  De plus, nous avons appris, ce samedi 3 avril, leur enfermement en Centre de Rétention Administrative de Metz, suite à une mesure de la préfecture des Vosges (alors que les conditions sanitaires en CRA les mettent en danger). 

Suite à l’intervention de leur avocat, le juge des libertés a décidé d’annuler la mesure. Nous avons appris leur libération le samedi 3 avril dans la journée. Cependant, une menace plane toujours sur leur sort si la préfecture décidait d’interjeter appel.

Équinoxe demande aux autorités préfectorales de bien vouloir se pencher sur la situation de nos deux amis. Nous demandons une reprise en main de leur dossier à l’OFPRA. Dans ce contexte, ils doivent bénéficier d’une procédure équitable. À eux, comme à tous nos amis victimes de persécutions LGBTIphobes, nous plaidons pour une réelle protection par la France.