Nancy vaut bien une fake news

Ce jeudi 5 mars, Équinoxe (Centre LGBTI+ de Nancy) a été interpellée sur les réseaux sociaux par Frank Pilcer, conseiller délégué aux droits humains pour la majorité municipale nancéienne, à propos d’une déclaration de Mouaad Aabibou, colistier (en 39e position) de Mathieu Klein sur la liste “Nancy en Grand”. M. Aabibou y évoque, dans une profession de foi écrite, des “pratiques immorales”.

Nous reproduisons in extenso la citation large de M. Aabibou :

Mathieu Klein est donc pour moi celui qui incarne à Nancy ce que je recherchais. L’équipe qu’il a mise en place, nouvelle et issue principalement de la société civile ainsi que le projet ambitieux et innovant, en témoigne très largement. C’est tout naturellement que je l’ai rejoint pour qu’il soit demain le Maire de toutes les Nancéiennes et de tous les Nancéiens. 

Ce sera pour moi une première expérience, je le vivrais sereinement, même avec les adeptes des pratiques immorales. Je voyagerais dans cette campagne en étant force de proposition et dans le débat d’idées. Je suis de celles et ceux qui, pour avancer, sont dans la proposition, la contribution, et non l’opposition et l’inaction […].”

Dans un post accusateur, Frank Pilcer dénonce des “discours inacceptables et indignes d’un élu de la République” (même si M. Aabibou ne l’est pas, ndlr) et interpelle les associations LGBTI+ de la ville ainsi que d’autres structures et élus. M. Pilcer voit donc derrière les termes “pratiques immorales” une évocation de l’homosexualité, ou tout du moins des thématiques LGBTI+.

Post Facebook de Frank Pilcer, par lequel il interpelle Equinoxe… How dare you ?

Des pratiques immorales en politique

Pour notre part, compte tenu des termes employés, nous sommes bien incapables de savoir à quoi Mouaad Aabibou faisait allusion. Si ce dernier était un adversaire avéré de l’égalité des droits pour les personnes LGBTI+, lui-même et Mathieu Klein en prendraient la responsabilité politique. Équinoxe, fidèle à sa tradition d’indépendance partisane, ne mâcherait pas ses mots à son égard, comme elle l’a toujours fait envers les adversaires de nos droits en local (anti-mariage pour tou·te·s et/ou anti-PMA), qu’il s’agisse de Valérie Debord (UMP puis LR), de Dominique Potier (PS) ou de tout·e autre élu·e.

Mais puisque ce n’est manifestement pas le cas, il s’agit alors d’une grotesque tentative de manipulation ! Attendait-il sérieusement que nous commentions ce non-événement avec la même inconséquence ?

Nous sommes sidéré·e·s de l’interprétation hâtive et pour le moins grossière de Frank Pilcer, qui est pourtant d’habitude le plus prompt à dénoncer, tel Donald Trump, les “fake news” de tout interlocuteur critique à l’égard de la majorité municipale. Par quel tour de passe-passe sémantique fait-il le lien entre le texte assez lisse d’une banale profession de foi – bien que les termes “pratiques immorales” soient ici tout à fait sybillins (l’intéressé s’en expliquera lui-même) – et un quelconque intégrisme et une menace pour la République et “l’humanisme” de Nancy ?

À part un raccourci scabreux réalisé avec le patronyme et les engagements de M. Aabibou (semble-t-il connu pour son action associative en faveur des communautés musulmanes), nous ne voyons pas de rapport.

Ce cyber-esclandre s’inscrit dans un contexte très particulier pour la droite nancéienne, soutenue pour les élections municipales par une Nadine Morano qui vient d’inviter sur Twitter Aïssa Maïga “à rentrer chez elle en Afrique” suite à son discours antiraciste à la cérémonie des Césars. Cette liste est animée entre autres par ces hauts colistiers (Mathieu Dap, Valérie Debord entre autres) qui n’hésitent pas à instrumentaliser par voie de presse (1) des faits divers pour exiger une identification osseuse et un fichage des mineurs étrangers non-accompagnés.

Équinoxe dénonce cette moranisation et cette lepénisation de la droite dite “républicaine”, à Nancy comme dans le reste du pays, dans une course à l’échalote qui n’hésite désormais plus à dévoyer la lutte contre les LGBTI-phobies à des fins xénophobes et racistes. Pour une association confrontée aux difficultés des personnes LGBTI+ en situation d’exil, ces prises de position traduisent une indifférence coupable au sort de milliers de réfugié·e·s et d’individus en attente de séjour.

Lorsque Frank Pilcer dit “NON à l’intégrisme”, nous le renvoyons à certains de ses collègues de la majorité qui n’avaient pas hésité à défiler dans les Manifs Pour Tous, aux côtés d’intégristes de tous poils et notamment catholiques. C’était notamment le cas de Pierre de Saulieu, ex-responsable régional de LMPT, amicalement nommé conseiller aux écoles à l’élection de Laurent Hénart en pleine polémique sur les ABCD de l’égalité et sur le prétendu enseignement de la “théorie du genre” à l’école.

Ancien ami du Maire, qui le considérait en avril 2014 comme un “homme respectable” (bien plus tard à l’été 2019, de Saulieu compara PMA et zoophilie sur Twitter, ndlr), Pierre de Saulieu est aujourd’hui sur la liste “Unis pour Nancy”, dont la cheffe Patricia Melet a déclaré dans la presse qu’elle était ouverte au Rassemblement National, avec lequel elle partagerait des “valeurs communes” (2). Pendant plus de 5 ans, l’extrême-droite et ses valeurs pouvaient donc grenouiller tranquillement sur les bancs de la majorité !

Et cela est d’autant plus consternant que la liste Nancy Positive en lice pour les municipales de mars contient encore les noms de Fanny Giussani et Valérie Debord (ex-soutiens de LMPT), auxquels s’ajoutent désormais Jean-François Gicquel, sympathisant notoire des royalistes (coucou la République !) et signataire d’une tribune (3) anti-mariage pour tous en 2014, ou Sarah Ingrid Gloria, auteure de tweets anti-PMA dès 2015.

Apparemment, un intégrisme catholique réel ou une homophobie avérée effraient moins M. Pilcer qu’un prétendu intégrisme musulman. Voilà l’expression d’une indignation à géométrie variable… Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’au bal des hypocrites, M. Pilcer et ses acolytes ne feraient pas tapisserie ! C’est en outre particulièrement gonflé de sa part de nous interpeller pour cette querelle minable en pleine campagne lui qui, toute l’année, fait comme si Équinoxe n’existait pas.

Nous renvoyons également les adjoint·e·s Frank Pilcer et Lucienne Redercher à leur propre bilan sur nos thématiques pour ces 6 dernières années. Cette polémique est bien habile pour faire oublier un inventaire catastrophique sur les questions LGBTI+ :

  • La présence dans la majorité municipale jusqu’à l’automne 2019 de Pierre de Saulieu, intégriste avéré anti-égalité ;
  • Le reniement (lors de la campagne municipale 2014) de l’engagement passé de Laurent Hénart en faveur de l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules ;
  • L’allocation de 10 000 euros annuels d’argent public à une association LGBTI groupusculaire satellite de la Ville (laquelle n’a évidemment pas manqué de soutenir cette polémique) pour se donner une image friendly, alors qu’elle est fermée au public l’essentiel du temps depuis plus de 3 ans ;
  • L’absence totale de soutien politique et financier aux associations militantes et représentatives du territoire jusqu’à l’hiver 2019 (plusieurs centaines de membres réuni·e·s dans le Centre LGBTI+ Équinoxe, reconnu nationalement), ainsi qu’à la Marche des Fiertés LGBTI+ de Nancy ;
  • La multiplication des correspondances écrites municipales adressées à nos membres et sympathisant·e·s transgenres avec une civilité et un prénom discordants, les exposant à un outing dangereux pour leur intégrité (pas plus tard que la semaine dernière, lors de l’envoi d’une carte électorale à “Monsieur (prénom féminin)(nom)”, ndlr) ;
  • Sans compter tout le reste évoqué dans les déclarations publiées par Équinoxe en novembre 2014 et par la Coalition LGBTI+ en 2019 (4)

Prendre les questions LGBTI+ au sérieux

Pour terminer, nous nous agaçons du traitement plus général des questions LGBTI+ au cours de ces élections municipales à Nancy.

L’atmosphère est par exemple très différente à Paris, où certaines listes ont été jusqu’à intégrer les questions de santé transgenre et les nouvelles stratégies de santé sexuelle contre le VIH/SIDA. À Nancy, nous avons fait de notre mieux pour peser, malgré l’invisibilisation constante dont nous faisons l’objet. Il est temps de sortir du modèle des années 1970 et de traiter sérieusement les questions LGBTI+ sur le fond, dans l’intérêt de toutes et tous. 

En publiant 9 neuf mesures d’urgence contre les LGBTIphobies à Nancy, les associations avaient pris au sérieux l’exercice démocratique des élections municipales. Au lieu de cela, nous assistons jusqu’à présent à de consternantes manœuvres de caniveau. Les questions que nous posons sont sérieuses et urgentes : nous nous opposons fermement à leur instrumentalisation pour servir l’agenda raciste de la droite locale.

Il est encore temps pour les candidat·es de prendre la mesure des enjeux et de répondre au questionnaire “9 mesures d’urgence LGBTI+ pour le Grand Nancy” (5), pour lequel nous avons sollicité toutes les listes républicaines de notre Métropole.

[EDIT]

13.03.2020 – La polémique adjecte de Frank Pilcer a fait l’objet d’un article dans Valeurs Actuelles, site réputé d’extrême-droite, lequel a été relayé par de hauts colistiers de la majorité. La publication de cette article sur les réseaux sociaux a conduit notamment Pierre DUCARNE, ancienne tête de liste de l’ex-Front National, à voler au secours de la majorité municipales. Les lignes bougent !

Rainbow

Sources

  1. Article de l’Est Républicain sur le tract xénophobe de la droite locale https://www.estrepublicain.fr/politique/2020/02/18/les-republicains-torpillent-mathieu-klein-et-soutiennent-laurent-henart

(2)  Article de Actu.fr sur l’annonce de la candidature de Patricia Melet

https://actu.fr/grand-est/nancy_54395/municipales-nancy-patricia-melet-tete-liste-battre-maire-candidat-macron_30626681.html?utm_source=actu.fr&utm_medium=alireaussi 

(3)  Tribune anti-mariage pour tous signée par Jean-François Gicquel :

https://www.nonaumariagehomo.fr/spip.php?article93 

 

(4) Extrait du site d’Équinoxe · Déclarations de 2014 et 2019

https://equinoxe54.com/2014/11/21/le-kreuji-non-merci-les-raisons-de-notre-retrait/

https://equinoxe54.com/2019/09/18/de-saulieu-est-tombe-le-combat-contre-les-lgbt-phobies-et-pour-legalite-des-droits-se-poursuit/ 

(5) Lien vers les 9 mesures d’urgence et le questionnaire à destination des différentes listes aux élections municipales dans le Grand Nancy :

http://municipales2020.equinoxe54.com/ 

Crédit photos :